Le film de la vie ne se joue pas sans cet acteur destructeur qu’est le diable. Pourtant trop de chrétiens vivent dans l’ignorance de ses desseins maléfiques. Ils participent même à ses œuvres infructueuses ou ne comprennent pas comment l’arrêter dans ses attaques. Des doctrines étranges ont multiplié les stratégies pour le vaincre, alors que les apôtres du Nouveau Testament en ont déjà clairement parlées. Comme Pierre qui dit: « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde ». 1 Pierre 5.8–9

La clé de la victoire est la foi tandis que l’action de cette victoire est la résistance. Celui qui est faible dans la foi, résistera avec peine. Et celui qui a la foi doit l’exercer par de la résistance, c’est-à-dire par une attitude non résignée à laisser l’ennemi revendiquer et conquérir ce qui ne lui appartient pas. Paul dit que dans le mauvais jour, il faut résister sans se battre contre la chair et le sang. Il faut supporter la souffrance sans signer de compromis, car le compromis cède suffisamment de territoire à l’ennemi pour lui donner l’avantage lors des prochaines batailles. Battons-nous avec les armes conquérantes du Seigneur. L’utilisation des mêmes armes ne peut conduire à la défaite, car Jésus a vaincu par elles, sur tous les fronts.

Bon courage dans votre combat quotidien