Juges 16.30 « Samson dit: Que je meure avec les Philistins! Il se pencha fortement, et la maison tomba sur les princes et sur tout le peuple qui y était. Ceux qu’il fit périr à sa mort furent plus nombreux que ceux qu’il avait tués pendant sa vie. »

La mort de Samson était une préfiguration intéressante de la mort de Jésus sur la croix. En effet, Samson a tué plus de Philistins par sa mort que pendant sa vie, alors que par sa mort sur la croix, Jésus a délivré plus d’hommes que pendant Son ministère terrestre, en dépouillant plus d’ennemis que ceux qu’Il affrontait quotidiennement. Jésus demeure à jamais incomparable.

PAREIL POUR NOUS

Cette conversion de la mort en une puissance de vie est aussi valable pour nous. Lorsque la mort de Christ agit en nous, la vie agit chez les autres plus efficacement que par toutes les œuvres que nous accomplissons pour y arriver (2Corinthiens 4.12). Les efforts humains sont peu utiles sans l’œuvre de la croix, tandis que la crucifixion de la chair permet à la vie de Christ de se manifester à travers nous. Il en résulte un puissant ministère de l’Esprit capable de convaincre ceux qui nous entourent et de les sauver parfaitement. Le refus de la véritable croix est à l’origine de l’échec général de la chrétienté. Cette croix s’est matérialisée pour devenir l’emblème du christianisme et des offices religieux. Elle s’est retrouvée suspendue à notre cou ou dominant le toit d’une église, alors qu’elle était destinée à être un élément purement spirituel, une révélation à transmettre aux cœurs des croyants, pour qu’ils vivent la vie de victoire offerte par Jésus dans Sa mort et dans la résurrection qui suivit.

PLUS D’ENNEMIS EN NOUS QU’EN DEHORS

Il me semble que nous ayons plus d’ennemis en nous qu’à l’extérieur de nous. Ce sont ces ennemis que la croix doit vaincre en priorité. Il s’agit de tout ce qui constitue notre nature charnelle avec ses raisonnements, sa sagesse, sa justice renforcée par la loi, ses attitudes, ses motivations, ses projets, ses ambitions, ses passions, ses priorités, ses affinités, et la liste est longue. Le message de la croix doit tous les vaincre. Ce sont ces ennemis qui trahissent nos bonnes intentions, nos « amen » sincères. Seule la mort de Jésus agissant en nous peut en venir à bout. Oubliez les principes bibliques, les méthodes légalistes, les sept pas à faire pour avoir la victoire. Oubliez aussi la confession positive de la Parole de Dieu, la quatrième dimension, le combat spirituel contre les forces du mal en liant et en déliant. Seule, la croix est votre victoire, lorsque vous l’appliquez à votre chair.

Si cela vous convainc, aujourd’hui encore, saisissons les occasions de mourir à nous-mêmes en prenant notre croix, afin que Jésus grandisse en nous et manifeste la puissance de Son salut envers les autres. Amen!