1er JOUR

Quelle grâce de pouvoir encore une fois, se tenir sous le ministère de l’onction apostolique et de boire à la source pure de l’Évangile. Je suis personnellement béni et édifié d’être à cette conférence. Merci Seigneur de m’accorder d’être là.

En bref:

‪Cette première journée de conférence débute donc avec une entrée dans le vif du sujet et le triste constat que l’Église est dans un piteux état. Elle est victime de trop de mélanges et de compromissions avec le matérialisme, la culture, la philosophie, la sorcellerie et les traditions du monde. ‬or l’Église possède sa propre culture qui ne provient aucunement de ce monde.

‪Les serviteurs de Dieu doivent se réveiller avec le message de Christ et n’avoir pour vision que le bien-être spirituel des chrétiens et chercher à les établir dans la maturité. Ils doivent désirer une église forte spirituellement. Tout commence avec eux et tout dépend de leur message. Comme Jésus, les serviteurs de Dieu doivent être incorruptibles en terme de doctrines et ne pas craindre de perdre en quantité lorsque c’est le prix à payer pour gagner en qualité de vie d’église, la vie provenant de l’évangile de Christ. Comme Jésus, ils doivent être prêt à donner leur vie pour les brebis sinon démissionner.

Le feu de la confrontation est ainsi allumé sous une marmite qui attend les divers ingrédients. On verra demain ce qui y sera ajouté. Bonne soirée ‬

2ème JOUR

Le frère Miki commence par insister sur le fait que le ministère c’est du sérieux. L’exercer à la légère peut vite nous amener à prêcher en vain, ou pire encore, à détruire le peuple de Dieu. Il parle du décalage existant entre ce que dit l’Évangile et ce que vivent les chrétiens, preuve indéniable que les différents messages modernes ont échoué et ont entraîné le peuple de Dieu loin de Dieu. Ces messages ont introduit l’esprit du monde dans l’Église et doivent maintenant impérativement être éliminés. Pour ce faire, les pasteurs doivent comprendre clairement le message de Christ.

Nous arrivons donc à l’élément marquant de cette 2ème journée de conférence qui est selon moi, ce que le frère Miki nomme « le chapitre manquant de notre livret de formation du disciple ». Tous les pasteurs possèdent leur propre livret pour enseigner les chrétiens à propos de la prière, du jeûne, de la lecture de la Parole de Dieu, etc. Cependant un chapitre a toujours été oublié, et c’est le plus important: il s’agit du chapitre dont dépendent tous les autres, celui qui pose les bases pour suivre Jésus, à savoir, L’aimer plus que nous-mêmes puis prendre notre croix pour Le suivre. Tout est d’avance voué à l’échec sans ce chapitre fondamental. Inutile de vous dire à quel point cette lumière et cette manière de la présenter est extrêmement captivante.

Jésus a donné à Ses disciples des instructions claires qui semblent bien avoir été jetées aux oubliettes. Par exemple dans Luc 14.25, Il s’adresse à ceux qui ont déjà beaucoup bénéficié de la manifestation de Sa bonté par les miracles qu’Il opérait. Le Seigneur leur lance alors le défi de devenir Son disciple en prenant chacun sa croix. La question est alors inévitable : où est passé une telle instruction, si fondamentale pour la vie chrétienne? Afin de consolider l’argument de l’importance de ces instructions du Seigneur pour nous, le frère Miki établit leurs liens avec les lettres du Nouveau Testament.
La démonstration de la présence du message de la croix dans tout le Nouveau Testament se fait alors, autant dans la plus grande simplicité que dans la plus grande clarté. Le frère Miki déroule les versets successivement, en partant de la manière dont Paul présente la croix , puis en passant par Pierre, pour atteindre l’épître aux Hébreux. Cette balade biblique n’est pas du tout touristique, c’est un parcours défiant avec une annonce finale encourageante: prendre sa croix n’est possible que par la grâce de Dieu. Or cette grâce nous est disponible en Jésus-Christ.

Voilà donc le genre de moment pour lequel vous auriez souhaité posséder un deuxième corps pour pouvoir continuer. Mais le prédicateur lui-même, en premier s’est beaucoup donné et l’on a beaucoup reçu. On rentre tous chez nous, rassasiés de la manne d’en haut.

Continuons à prier pour cette conférence

À demain

3ème JOUR

Le moins que l’on puisse dire de notre 3ème matinée de conférence, c’est qu’à une échelle météorologique, nous avons eu droit à un moment de cyclone extrêmement intense. Le frère Miki fut animé de la puissance d’un lion dont le rugissement prenait l’estomac de tous les auditeurs. Il commence par déclarer que les serviteurs de Dieu doivent vivre l’évangile en premier et que ce n’est qu’ainsi qu’ils sont recommandables auprès du peuple de Dieu qui les suivra comme ils suivent Christ. Un serviteur de Dieu doit désirer se voir dans la Parole de Dieu et s’identifier à elle. Le frère Miki rappelle que l’enseignement de Paul c’était sa vie, ses épreuves et comment il y réagissait. Non Dieu ne cherche pas de bons prédicateurs mais des hommes qui s’identifient à la croix, comme Paul.

Pourquoi la croix ?

Une question est alors posée: pourquoi la croix? La réponse c’est que c’est pour transmettre la vie de Christ et non la lettre de la Parole. Cette vie transmise a le pouvoir d’amener à la repentance et de toucher l’homme en profondeur car cela lui va droit au cœur. C’est ce qui fait la marque d’un vrai ministère de l’Esprit.
La deuxième raison raison c’est qu’elle est le moyen de vivre une vie sainte en faisant mourir les désirs et les passions de la chair. La conclusion est vite faite que celui qui est privé du message de la croix, ne peut comprendre comment vaincre le péché dans sa vie.
Le frère Miki saisit Galates 5.19 et règle la question de la confusion doctrinale relative aux démons qui sont associés aux œuvres de la chair. Celui qui comprend le message de la croix, comprend qu’il doit faire mourir les œuvres de la chair et non chasser des démons. Il cite Galates 5.17 et illustre l’opposition entre la chair et l’Esprit, en prenant l’exemple d’un mari qui doit s’humilier devant sa femme. L’Esprit lui dit d’y aller et la chair armée d’orgueil, s’y oppose. S’il fait mourir sa chair, il s’humiliera et sera gagnant dans l’esprit. S’il compte sur le temps pour arranger les choses, il n’obtiendra rien spirituellement.

Le brisement et la repentance

Le frère Miki citera ensuite 2Corinthiens 7.8 où Paul parle de la repentance et de la tristesse selon Dieu. Il prend ensuite l’exemple de David, qui bien que vivant sous l’Ancien Testament , compris ce que Dieu cherche, le brisement et la tristesse qui aujourd’hui encore, libèrent le chrétien du péché. Puis le frère prend du temps pour partager son expérience de brisement dans sa relation avec sa femme, avec les anciens de l’église lorsqu’il faut s’humilier en prenant sa croix. Il expose en passant, la fausseté de celui qui d’un côté, confesse son statut de Fils du Tres-Haut qui peut tout par celui qui le fortifie et en même temps, est orgueilleux et brutal envers sa femme. Et là, des bourrasques se font ressentir dans l’atmosphère.

Le frère Miki cite ensuite Jérémie 18 où l’argile est modelé par la main du potier, et qu’ainsi Dieu est à l’œuvre pour nous transformer à l’image de Jésus. L’homme de Dieu doit donc expérimenter ce brisement et payer le prix du ministère. La connaissance ne suffit pas, et la lettre tue. Le titre non plus ne suffit pas. Il faut faire l’expérience de La Croix et c’est d’ailleurs ce qui distinguera dans les derniers temps, les vrais serviteurs de Dieu des faux.

Un témoignage personnel percutant

Vous vous imaginez bien qu’à ce stade, les vents cycloniques soufflent déjà fort, mais les vitesses de pointes sont atteintes lorsque le frère Miki partage son témoignage personnel, les souffrances qu’il a du endurer pour voir la bénédiction de Dieu dans le ministère et donc dans la vie de l’Église. Je peux vous assurer que ce moment fut très spécial. Je ne regrette pas d’avoir été là et remercie le Seigneur pour cette grâce.

A l’appel du frère Miki, le trois quart de la salle avait les mains levées, devant la prière suppliante de notre frère. Quelle bénédiction d’assister à une telle réponse de la part de tous ces serviteurs de Dieu attentifs à la Parole de Dieu.

Le frère Miki me demanda de prendre la deuxième session. M’associant de coeur à ce qui se passait, je me mis à encourager tous les pasteurs et responsables, et à les exhorter à accueillir pleinement ce message. J’y partageais mon témoignage et celui de l’Église de la Réunion.

Bref! Demain est le dernier jour. Le Seigneur seul sait ce qu’Il nous réserve.

Si jamais le meilleur est encore à venir,
Les mots me manqueront pour le décrire,
Mais je serai encore là pour vous écrire
Puisse Le Seigneur vous enrichir
De Sa grâce et vous bénir

4ème et DERNIER JOUR

Ce matin, le ton du frère Miki se veut rassurant et chaleureusement doux. C’est le bruit du moteur de la Jaguar au point mort. C’est doux mais ça cache une puissance qui se révèle progressivement au démarrage.
L’église, nous dit-il, doit se préparer à des vents de persécution dont le souffle ne pourra cependant pas déraciner les arbres dont les racines descendent profondément dans la terre. D’ailleurs, les réactions d’opposition doivent être considérées comme normales, cela ne doit pas nous inquiéter. Il nous faut garder l’assurance que le Seigneur est Celui qui bâtit Son église. Personne ne pourra rien contre cela.
Puis il rapproche son cœur des frères et sœurs présents, déclarant: « Je suis là pour vous aider par mes expériences avec le Seigneur, j’ai passé des moments difficiles ». Il exhorte à la patience car la compréhension de l’Évangile dépend de Dieu qui seul, peut ouvrir les yeux, autrement nous demeurions aveugles. Il nous faut donc être dans la foi.

Un seul Paul pour deux personnages

S’appuyant sur 2Corinthiens 6.8, il montre comment Paul n’avait pas honte de vivre l’Évangile et de ce qu’il était. Peu importe ce que pensaient les autres. C’est comme si Paul était simultanément deux personnages: Ce que les gens voyaient de lui et ce qu’il était réellement au-dedans de lui. En effet, Paul n’était pas enviable dans le naturel, mais sa description par lui-même de ce qu’il vivait était totalement différente. Si d’autres prédicateurs le discréditaient en papotant à propos de sa condition naturelle, lui se voyait comme riche de l’Évangile qu’il transportait. Ainsi donc, il ne faut pas avoir honte de ce que nous sommes. Combien il est important de comprendre ce qu’est la richesse de Dieu et comment notre vie est premièrement spirituelle. C’est à ce niveau que nous sommes riches. Tant de chrétiens sont malheureusement pauvres dans l’esprit même s’ils sont riches dans le naturel. Mais celui qui possède l’Évangile a de quoi enrichir spirituellement les autres; Il ne faut donc en aucun cas perdre l’esprit de l’évangile. C’est notre trésor.

Que s’est-il passé depuis les années 1970 ?

Le frère Miki fait rappelle l’historique de l’état des serviteurs de Dieu depuis les années 1970, et le changement qui a pris place au fur et à mesure, avec la mise à l’écart de l’esprit de l’Évangile. Ils ont abandonné leur cœur bouillant pour Christ, au départ inconditionnel, pour la recherche de choses matérielles et de moyens naturels basés sur la force de l’homme. Il pointe alors le doigt vers le message chrétien occidental qui est venu tout corrompre. Pour s’en protéger, les chrétiens doivent vivre leur vie chrétienne, que ce soit en pays pauvre ou en pays riche, sans changer l’esprit de l’Évangile.

La présence attristante du légalisme

Le frère Miki passe alors à un sujet qui lui tient particulièrement à cœur, un point qu’il dit être tellement attristant et pourtant présent dans l’Église en général. Il s’agit du légalisme. Premièrement les pasteurs se mettent à vivre sous le régime de la loi. Puis ils transmettent cela au peuple de Dieu, par des lois d’obligations ou d’interdictions qui les tuent. Il souligne le fait que la vie de l’Évangile commence dans notre maison où il n’y a souvent pas de liberté d’être ce que l’on est, à cause de la volonté d’imposer un style de vie à notre conjoint. Il s’agit là d’une tendance généralement plus forte chez les maris envers leurs femmes que l’inverse.

Pourquoi la loi ?

La question est alors posée: Pourquoi Dieu a-t-il donné des lois dans l’Ancien Testament? Il démontre entre autres, que cette loi était pour Israël et non pour nous. Il en découle une très mauvaise compréhension de la Nouvelle Alliance et de l’Ancienne Alliance. Les deux sont distinctes et complètement séparées.
On ne peut donc chercher des méthodes de l’Ancien Testament pour les appliquer au Nouveau Testament. Le frère Miki se lance alors dans un jonglage avec une série de versets que je vous liste ci-dessous. De même qu’il est impossible de comprendre en direct, quelle balle se trouve dans la main du jongleur à un moment précis, il m’a été impossible d’écrire tout ce qu’il disait. Ça allait trop vite. J’ai préféré m’arrêter un moment pour admirer les prouesses du prestidigitateur. Voici les versets de démonstration qui prouvent que le chrétien n’a rien à voir avec la loi: Romains 7.7; Galates 3.19 ; Romains 5.12; Galates 3.23; Romains 7.6; Romains 8.2

Des millions de chrétiens se sentent condamnés par l’esprit de la loi car ils sont aujourd’hui sous un régime qui ne leur appartient pas. Ce qui nous appartient c’est la promesse faite à Abraham, la justification par la foi et non la loi donnée au peuple d’Israël par Moïse.
Hébreux 7.11 et 20; Galates 5.1
Par conséquent, notre régime n’est pas celui de la loi, mais celui de l’Esprit. On ne peut vivre en même temps, sous deux alliances animées par deux régimes différents. Il nous faut donc nous éloigner des œuvres de la loi. Galates 5.18; Romains 8.3
De plus, la loi révèle cette faiblesse, c’est qu’elle ne peut s’opposer à la volonté de la chair et l’arrêter. Seul le Saint-Esprit peut le faire.

L’argument favori des légalistes, démonté

Et pour ceux qui veulent utiliser Matthieu 5.17 pour alimenter le moulin de leur légalisme, le frère apportera de la lumière sur ce verset. Il déclare que Jésus n’a jamais aboli la loi dans le sens qu’il n’y a plus de loi. Il l’a accomplie pour que nous puissions pratiquer la justice de la loi par la puissance du Saint-Esprit, et non par la force de la chair. Il ne faut donc absolument pas craindre de se retirer du régime de la loi. Contrairement à ce que nous pouvons croire, cela nous protègera du péché car cela nous fera vivre alors sous le régime du Saint-Esprit. Nous pourrons ainsi marcher dans la sainteté.

Le frère Miki dénonce les pasteurs qui menacent les chrétiens de malédiction, ceux qui n’obéissent pas à leurs lois, alors qu’il n’y a aucune malédiction sous la Nouvelle Alliance.
Après deux heures intenses de prédication et d’enseignement, le frère Miki conclut en déclarant que nous sommes tous libres en Jésus-Christ. Il faut donc sortir de l’esclavage de la loi pour vivre libre. Amen!