Votre vision de la vie exclut-elle la mort? Certes, la mort marque la fin de la vie. Mais de quelle vie? De la vie terrestre, celle consacrée à ce temps passé dans notre corps constitué d’éléments de la terre. En effet l’homme fut créé par Dieu à partir de la poussière, mais il ne devint une créature vivante qu’à partir du moment où il reçut de Dieu le souffle de la vie. La vraie vie de l’homme n’est donc pas son corps, mais son esprit car sans esprit le corps est mort. La mort est donc la fin de la vie du corps, de son utilisation par l’esprit comme véhicule pour vivre dans ce monde.

Qu’en est-il alors de l’esprit ?

L’esprit ne meurt pas, tout simplement parce qu’il est de la nature de Dieu, il est immortel. La mort physique marque donc son départ et non sa fin. La grande question est alors: que devient-il ensuite, après son départ d’un corps qui ne peut plus l’héberger?

Selon la Bible, il y a uniquement deux options, et afin de vous les dévoiler, je dois vous décrire son état et sa nature.

Votre esprit est l’empreinte parfaite de votre vie. Au fait, c’est votre vie elle-même. Ce que vous êtes pendant toute votre vie, passe de la mort à la nouvelle vie après la mort et vous accompagne dans l’éternité. Car non seulement l’esprit est immortel, mais la conséquence logique est que par son immortalité, il est éternel. Nous sommes pécheurs par nature et par hérédité, car le péché vient d’Adam qui désobéit à Dieu dans le jardin d’Eden. Nous possédons donc cette nature du péché avant même d’avoir commis notre premier péché. Ne pouvant alors vivre autre chose que ce que nous sommes, nous péchons. Or la Bible déclare que le salaire du péché c’est la mort.

Comment définir la mort?

La mort est une question de séparation. Il s’agit en premier lieu de la séparation du corps et de l’esprit. Celui qui meurt est aussi séparé de ce monde et de tout. Mais la mort c’est surtout la séparation d’avec Dieu. Le salaire du péché c’est donc la séparation éternelle d’avec Dieu, si la question du péché entre l’homme et Dieu n’est pas traitée et résolue. Mais Dieu appelle les hommes à la réconciliation avec Lui par le moyen de la foi en Jésus-Christ. Ce dernier a résolu notre problème de salaire du péché, puisqu’Il a goûté à la mort pour nous, à notre place. À la croix, il agonisait en criant: « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? ». La séparation d’avec Dieu le Père sur la croix fut probablement la mort spirituelle qu’Il endura pour nous.

La réconciliation, impérativement avant la mort

Dieu nous demande seulement une chose: c’est de reconnaître que nous sommes des pécheurs, de nous repentir en croyant dans le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ pour nous. Nous sommes ainsi réconciliés avec lui avant de mourir, car il n’existe pas de moyen de réconciliation après notre départ de ce monde car Hébreux 9.27 déclare: « Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement » . La réconciliation annule ce jugement et nous permet de mourir en paix. Étant réconciliés, la mort ne devient qu’un pont entre notre vie terrestre et notre vie éternelle avec Dieu, par lequel nous transportons avec nous, non pas nos péchés, mais un esprit régénéré, sans péché, capable d’aller à la rencontre de Dieu. Si nous refusons la réconciliation par Jésus-Christ, la mort nous envoie dans les flammes éternelles, comme moyen de condamnation pour notre impénitence et notre incrédulité, avec en malus, la torture insupportable de notre nature de péché, incapable de se satisfaire.

Alors, voyez-vous ? En ce qui concerne votre nature de pécheur, la question n’est pas « être ou ne pas être », comme l’a dit un grand philosophe, car vous êtes pécheur. En ce qui concerne votre salut, la question est « croire ou ne pas croire », comme le montre la Bible, et votre destinée éternelle en dépend. Alors qu’attendez-vous ?

J’espère que vous ferez le bon choix et qu’on se reverra là-haut !

Dieu vous bénisse !