Une génération suffit

Lénine a dit « Donnez moi seulement une génération de jeunes et je transforme le monde entier ». Sa déclaration semble osée et prétentieuse, mais elle révèle tout de même une réalité effrayante qu’il vaudrait mieux affronter en face. l’Église est là pour déjouer ce genre de plan récupérateur, et en priorité faire respecter ses frontières spirituelles. Hélas elle les a perdu en compromettant avec le monde et la religion. Or notre jeunesse chrétienne aime jouer sur ce no-man’s land où les règles ne sont pas bien définies, où la Parole de Dieu ne donne pas de signal clair. C’est aussi là que les agents du diable trouvent leurs proies et font des milliers de victimes. Les fausses doctrines aguichantes saisissent nos jeunes et les dévient vers les torrents boueux du monde qui les emporteront.

Le rétablissement de nos frontières

L’absence du message de la croix a rendu invisibles nos marques frontalières. Toute une génération séduite se prépare à participer au changement du monde dans le mauvais sens. C’est pourquoi je crois que c’est la génération de jeunes chrétiens captivée par le message de la croix qui sera décisive pour le devenir de l’Église dans ces derniers temps. Comme nous venons de le lire, le diable la veut pour lui et il met tout en œuvre pour y arriver. N’acceptons pas de devenir spectateurs de ses vagues de séductions dont la puissance ne cesse d’augmenter. Réagissons en repoussant l’ennemi jusqu’aux portes. Mettrons-nous nos enfants et nos jeunes à l’abri, en contact permanent avec la bonne nouvelle de l’évangile, pour les construire sainement sur un fondement inébranlable, Jésus-Christ crucifié ? Ou bien attendons-nous l’annonce choquante de mauvaises nouvelles du genre: Maman! Papa! « je suis enceinte » ou « je suis prisonnier de la drogue, je suis même un dealer », « je ne peux m’arrêter de visionner de la pornographie », et au final, « je ne veux plus venir à l’église, cela ne m’intéresse pas » . Tout cela peut arriver, même à ceux qui servent sincèrement le Seigneur, mais les dégâts peuvent être très limités, si les parents assument leurs responsabilités et respectent eux-mêmes en premier, les frontières révélées par le message de La Croix.