Vos biens extérieurs sont ceux qui sont le plus exposés au vol. Ce sont par exemple, les meubles extérieurs, ou bien vos plantes qui agrémentent votre jardin et qui contribuent à entretenir la fraîcheur de la maison. Le voleur ne s’en désintéresse pas totalement. La perte des choses extérieures est toujours désagréable, qu’elles qu’elles soient. Bien sûr, ceux qui y sont attachés souffriront davantage d’avoir à se séparer pour un temps, de bénédictions matérielles temporelles, mais Dieu qui est fidèle sait prendre soin de nous et nous restaurer.

LA SANTÉ, CE BIEN EXTÉRIEUR PRÉCIEUX

Parmi tous nos biens extérieurs de jardin, le plus dur reste tout de même de se faire voler sa santé. En effet, notre corps est ce véhicule extérieur qui sert à nous transporter dans les activités de la vie de tous les jours et dont nous ne prenons pas toujours bien soin. Il peut subir diverses agressions, la maladie étant parmi les plus dures à affronter.

LA RUSE DU VOLEUR

Si l’ennemi ne peut pénétrer le sanctuaire de votre cœur pour y prendre vos trésors spirituels, il cherchera toujours le moyen de vous agresser extérieurement par des persécutions et de l’injustice liée aux choses de cette vie. Dans ce cas, prenez garde à ne pas tomber dans le piège en ouvrant la maison de votre être intérieur, en gâtant votre cœur, en ne pardonnant pas, en cherchant à vous venger. Souvenez-vous de ces paroles du Seigneur: Matthieu 5.40 « Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau ». Ne sortez pas de la maison pour affronter le voleur, car n’oubliez pas: son but final n’est pas de vous prendre ce qui est dans votre jardin, mais ce qui est bien à l’abri, à l’intérieur de votre demeure. S’il arrive à vider votre maison, vous la trouverez ensuite inhabitable et l’abandonnerez entre ses mains. Votre histoire chrétienne se terminerait très mal.

1 Pierre 5.8–9 Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. 9 Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde.