La souveraineté de Dieu se cache souvent derrière les apparentes contradictions des Écritures. Cela est ainsi, car notre capacité à comprendre les choses de Dieu, à un certain niveau, est trop limitée. Certains penseront peut-être que le Saint-Esprit en nous est sans limite et qu’Il peut tout nous révéler. Il y a cependant une énorme différence entre pouvoir et vouloir. Le plan de Dieu se réalise, en priorité, par Son vouloir avant Son pouvoir, et Son pouvoir Le rend capable d’accomplir tout ce qu’Il veut.

Cette volonté acharnée de dogmatiser amènera tel grand théologien à utiliser un ou plusieurs versets qui confirment son interprétation et tel l’autre, à l’opposé, trouvera les versets qui le contredisent et qui étayent sa propre interprétation. Les deux peuvent avoir tort, car ils viennent toucher au domaine incompréhensible de la souveraineté divine, là où l’intelligence de l’homme n’arrive pas concilier des versets apparemment contradictoires.

Si cette position est juste et sage, les arminiens et les calvinistes ne devraient-ils pas ranger leur épée et faire la paix, car ils ont peut-être tous les deux raison, tout en ayant probablement tort, concernant la doctrine de la prédestination.