La paix se présente comme un des éléments fondamentaux de la construction de l’Église de Dieu. C’est le ciment qui garde les pierres vivantes collées ensemble.
Si elle nous a été accordée par le prix de la crucifixion de Jésus-Christ, en vue de rétablir notre intimité avec Dieu, nos liens sociaux ne font pas exception. Nos relations, maris-femmes, parents-enfants, et entre tous seront préservées par notre identification à la mort de Jésus. Ainsi chaque chrétien doit prendre sa croix et par elle, faire régner l’évangile de paix là où il se trouve que ce soit à la maison, à l’église ou dans la société. Il doit apprendre à agir et réagir promptement avec humilité, douceur et patience, afin de sauvegarder la paix.

QUELLES CHAUSSURES PORTAIT JÉSUS À LA CROIX ?

Avant toutes choses, ces chaussures doivent être récupérées sur les pieds percés du Seigneur crucifié. Vous m’objecterez sans doute que Jésus est mort pieds nus. Cependant, seriez-vous prêt à plonger vos regards dans ce que les yeux charnels ne peuvent voir, mais que ceux de la révélation peuvent vous montrer ? Voyez-vous, une fois cloués, les pieds du Seigneur n’allaient plus pouvoir, ni marcher ni courir. À cet instant, le vieil homme perdait toute possibilité de bouger et donc d’engager sa lutte contre la chair et le sang. Si donc vous revêtez ses chaussures c’est-à-dire les clous de sa croix, vos pieds charnels seront immobilisés. Vous aurez, certes, très mal à vos pieds, mais en marchant dans l’Esprit par Sa vie de résurrection en vous, non seulement vous ne tomberez pas dans le piège du diable, mais vous triompherez même dans vos combats.

LES CHAUSSURES DU MIRACLE

Voici donc des chaussures, qui loin d’être magiques, peuvent vous faire vivre des miracles. Elles mettent fin à notre marche charnelle pour instaurer en nous la nouvelle marche selon l’Esprit. Elles porteront autant un coup dur aux stratégies du diable qu’à notre nature charnelle. Depuis l’aube des temps, ces deux vieux complices œuvrent ensemble pour voler, égorger et détruire. Comprenez-vous donc que personne ne négliger cet équipement divin sans se risquer à faire éclater des crises relationnelles ingérables.
En conclusion, nos batailles quotidiennes sur le plan relationnel ne peuvent se remporter que par la puissance désarmante de la paix. Cependant si la victoire de Jésus à la croix lui coûta d’être blessé au talon, ne croyez pas que vous l’expérimenterez pleinement sans en payer le prix. C’est ainsi que les tensions entre notre prochain et nous éprouveront parfois durement notre chair, tout en faisant le plus grand bien à notre esprit. Chaussons-nous donc comme Dieu nous le demande et Il combattra avec nous pour faire triompher Son évangile en nous et dans les autres.