Un tsunami spirituel destructeur

Parmi les vagues de doctrines qui ont balayé l’église ces dernières décennies, je crois sans exagérer que celle de la délivrance des démons chez les chrétiens les a toutes surpassées. Cette vague s’est formée pour devenir un gigantesque tsunami, s’abattant sur les églises et emportant sur son passage le fondement de la sécurité en Christ. Car, la doctrine impose une nouvelle révélation, pour le moins troublante, c’est qu’il est tout à fait possible d’être possédé d’esprit impur, même si l’on est chrétien, né de nouveau. J’avoue rougir encore aujourd’hui du temps consacré à ce ministère dit de délivrance et préfère ne pas en parler. Je m’en suis repenti et n’y retournerai plus.

Le temple de Dieu ne se partage pas

Avec cette doctrine, le diable s’est arrangé pour se présenter comme l’auteur direct de toute forme de mal chez le croyant, mal auquel on attribue un nom spécifique selon sa prétendue action : démon de gourmandise, démon de disputes, de colère, de divorce, etc. La liste est longue. Le tour de passe-passe consiste à détourner vos regards de la véritable source du problème en vous en montrant une autre. Et quelle autre ! Celle qui est la plus plausible, la plus évidente, c’est-à-dire le diable et ses démons. Cela revient à ignorer que notre réel ennemi, celui dont les œuvres sont exposées dans Galates 5.19-20 et dont la nature fut crucifiée sans pitié, est tout simplement notre chair. S’éloigner de cette vérité, c’est s’éloigner de la puissance de La Croix, notre seule source et moyen de délivrance, non pas de démons, mais de cette nature rebelle à la loi de Dieu. Il me paraît évident que les démons ne peuvent demeurer dans une personne née de nouveau. Le même temple ne peut être habité à la fois par le Saint-Esprit et un esprit démoniaque. Cette doctrine enlève tout soupçon à la chair et produit des chrétiens charnels en série. Adieu la repentance sincère où l’on assume la responsabilité de ses péchés, puisque c’est le démon qui en est l’auteur ! Adieu la croix qu’il faut prendre, à la maturité, car le problème vient d’ailleurs ! Adieu aussi la sanctification, car nous ne sommes pas à blâmer pour nos fautes ! À la place, les démons sont chassés de là où ils ne sont pas, et la chair pousse un « Ouf ! » de soulagement. Elle a encore de longs jours devant elle, bien plantée dans l’Église, pour y provoquer un maximum de troubles.

Une guerre virtuelle inexistante

Ne croyez pas que le tsunami arrête ici son œuvre destructive ! Par une action de tromperie sans précédent, le diable réussit à mobiliser contre lui toute une armée d’intercesseurs qui lui font sans cesse la guerre. C’est le début de cette nouvelle lumière extraordinaire du combat spirituel. Une mauvaise interprétation d’Ephésiens 6.10-18, soutenue par une autre interprétation erronée de Matthieu 18 où « lier et délier » deviennent les atouts indispensables pour remporter la victoire. Quelle tromperie aux conséquences désastreuses, car le véritable ennemi, la nature charnelle continuera à vivre, au détriment de la maturité chrétienne.

Puisse Dieu éclairer Son église, et Il le fait ! Encore faut-il accepter d’être éclairé !