Dieu m’a fait grâce, depuis l’âge de 22 ans, d’identifier mon plus dangereux ennemi : il porte le nom de « péché ». Pour détruire son pouvoir, Jésus le Fils de Dieu a dû quitter l’environnement saint du ciel et s’entourer de pécheurs, qui allaient réclamer Sa mort. Cette mort, de Celui qui n’avait jamais commis de péché, fut l’instrument divin pour détruire mon ennemi numéro un. En acceptant Jésus dans ma vie, en croyant en Lui de tout mon cœur, le pouvoir de destruction et de condamnation du péché fut anéanti en moi par le pardon et la purification.

Notre pire ennemi est le péché

Le péché est l’ennemi que peu de gens soupçonne. C’est le pire ennemi, car le plus sournois et le plus destructeur. Il envoie des âmes là où personne ne voudrait se rendre et dont personne ne veut entendre parler. Pourtant, la majorité de l’humanité y va aveuglément, séduite par la tromperie du péché. Car, ce dernier sait se faire oublier par la pratique même de la religion, en noyant notre conscience dans les bonnes œuvres sociales ou religieuses. Cependant, on ne se débarrasse pas aussi facilement du péché. Ce n’est pas une seconde nature que l’on peut assujettir, c’est notre nature première et primitive, indomptable et immuable. Nous sommes pécheurs signifie que nous sommes péché. Pour nous en libérer, Jésus est devenu péché à notre place. Il n’a pas été condamné à une peine quelconque, mais à une peine de mort sanglante, car seule la mort et le sang versé pouvaient éteindre son feu. À la croix, le péché a cessé de vivre. Ce miracle est pour tous ceux qui mettent leur foi en Jésus-Christ. Puisse Dieu vous convaincre que c’est là, le seul moyen de salut pour vaincre cet ennemi redoutable !