Il est plutôt alarmant de constater à quel point le domaine de la musique est considéré avec autant de légèreté et de naïveté chez les chrétiens, alors que c’est le point qui devrait susciter le plus de vigilance. En effet, la musique est, sans aucun doute, l’arme de prédilection du diable, celle qu’il sait manipuler avec finesse pour détourner les chrétiens de Dieu et les plonger dans les ténèbres de l’idolâtrie. Car, la musique n’explique rien à votre intelligence pour vous convaincre. Elle va au plus profond de vous, pour cueillir vos émotions et les soumettre à la volonté de l’ennemi. Elle a le pouvoir de changer radicalement des comportements ou de les empoisonner tout doucement. Le résultat sera le même. Ce n’est qu’une question de temps. Dieu a créé la musique et en a fait don à l’homme pour qu’elle soit un moyen à la fois de Le glorifier, mais aussi de réjouir le cœur des adorateurs. Hélas, la musique n’a pas été épargnée par la chute de l’homme et s’est corrompue dans l’homme, devenant ainsi un moyen puissant d’expression de sa nature charnelle, privée de la gloire de Dieu. C’est ainsi que les genres musicaux ont, au fur et à mesure des siècles, évolué parallèlement à l’action apostasiante de l’ennemi. Nous sommes arrivés aujourd’hui à un point inquiétant, où le diable a réussi à intégrer les horreurs de son cœur à la musique. Pas étonnant que cela soit la porte vers la drogue, l’alcoolisme, la débauche, la rébellion et toutes sortes de vices !

Le plus grave, pour l’église, est l’adoption de genres musicaux pervertis que l’on croit pouvoir sanctifier par des paroles chrétiennes. C’est ignorer que la nature même de certains rythmes ne vient absolument pas de Dieu, mais directement de l’ennemi. Ils ne peuvent pas reproduire chez le chrétien les sentiments de Christ, Sa paix, Sa joie, Son amour et tout ce qui forme le fruit de l’Esprit. Aujourd’hui, nous sommes loin de l’innocence de la gentille musique classique qui fait des petites chatouilles à notre âme, mais nous sommes sous le marteau-piqueur de l’ennemi, qui pervertit et démolit les âmes simples et naïves.

Ces quelques mots ont pour but d’exhorter à s’éloigner de ce filet qui saisit quiconque s’aventure trop près.

Au nom de votre persévérance jusqu’à la fin et de votre sanctification en vue de l’apparition de notre Seigneur, veillez sur votre âme en rejetant toute influence malsaine !