Exode 3:10 Maintenant, va, je t’enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d’Égypte mon peuple, les enfants d’Israël.
11 Moïse dit à Dieu : Qui suis-je, pour aller vers Pharaon, et pour faire sortir d’Égypte les enfants d’Israël ?
12 Dieu dit: Je serai avec toi ; et ceci sera pour toi le signe que c’est moi qui t’envoie : quand tu auras fait sortir d’Égypte le peuple, vous servirez Dieu sur cette montagne.
13 Moïse dit à Dieu : J’irai donc vers les enfants d’Israël, et je leur dirai: Le Dieu de vos pères m’envoie vers vous. Mais, s’ils me demandent quel est son nom, que leur répondrai-je ?
14 Dieu dit à Moïse : Je suis celui qui suis. Et il ajouta : C’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël : Celui qui s’appelle ‘je suis’ m’a envoyé vers vous.
15 Dieu dit encore à Moïse : Tu parleras ainsi aux enfants d’Israël : L’Éternel, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’envoie vers vous. Voilà mon nom pour l’éternité, voilà mon nom de génération en génération.

Ce Nom de Dieu révélé à Moïse par Dieu Lui-même, a beaucoup plus à nous dire concernant la nature de Dieu, que nous pourrions en saisir, surtout au moyen de notre seule intelligence. Cependant, un point vaut la peine d’être souligné : cette révélation du Nom notre Dieu nous enseigne qu’Il n’est pas le Dieu du passé ou Celui du futur, mais Il est le Dieu du présent, le seul pour qui le présent est un élément temporel saisissable. En ce qui nous concerne, nous conjuguons nos actions au temps présent, mais dans la réalité, le présent file entre nos doigts, et aussitôt qu’une action a lieu, elle plonge immédiatement dans le passé. Nous attendons ainsi l’arrivée du futur, mais aussitôt consumé, il tombe immédiatement dans les archives du temps passé. Cette expérience vous sera confirmée, si vous essayez de faire connaître l’heure à quelqu’un d’autre, mais à la seconde près. On arrive vite à la conclusion, qu’en réalité, le présent n’existe pas vraiment pour nous. Il ne l’est que pour notre Dieu. Et Son Nom  » Je suis » l’atteste indéniablement. Cela ne décrit pas seulement la nature immuable de Dieu, mais Son omniscience. Car pour un Dieu qui sait tout et en tout temps, tout n’est il pas tout simplement présent ? En leur révélant un tel Nom, Dieu a voulu montrer à Moïse et à Israël, qu’il allait être leur Dieu, Celui qui a déjà tout préparé, et à qui rien n’échappe. Il n’allait pas improviser avec eux et ils pouvaient se sentir en totale sécurité sous Sa main.
Ce mystère est grand, et au-dessus de notre intelligence humaine. Le grand  » Je suis  » est notre Dieu. Quelle grâce extraordinaire ! Jésus dit : Je suis le bon berger. Ses soins et Ses directives ne sont jamais improvisés. Le temps Lui appartient entièrement et Il sait ce qu’il contient. C’est pourquoi, toutes choses concourent à notre bien : Il nous a connus d’avance et nous a prédestinés. Jésus dit encore : Je suis la résurrection et la vie. Étant en Lui, nous sommes déjà parfaits en Lui. Nous devons simplement demeurer en Lui, qui est le même, hier, aujourd’hui et éternellement. La perfection est pour nous une question de temps mais pour Lui une évidence présente. C’est aussi, entre autre, pour cela que la Parole de Dieu appelle les chrétiens, les saints. Jésus dit, ailleurs : Je suis le pain de vie. Le Seigneur ne nous donne pas de la nourriture périssable. Il nous nourrit de Lui-même et cela nous donne la force d’échapper aux blessures du passé, et de ne pas avoir peur de l’épouvantail du futur. Nous sommes en Lui, nourris de Sa chair, et abreuvés de Son sang. Nous sommes avec Lui une seule nature, une seule race, révélée prochainement à toute la création. Nous ne pouvons trouver la paix qu’en Celui qui est, et qui partage avec nous, Sa nature sans passé et sans futur. C’est pourquoi, le pardon de Dieu est absolu. Quelqu’un a dit que lorsque Dieu pardonne, Il oublie même qu’Il a pardonné. Dieu ne vit pas dans notre passé. Nous n’avons plus de passé en Jésus-Christ. Nous sommes de nouvelles créatures. Les choses anciennes sont passées et toutes choses sont devenues nouvelles.