Je crains que beaucoup de grosses églises dans le monde, soient comme le Titanic, pleines d’assurance et d’orgueil, ignorant le danger caché dans les eaux des fausses doctrines sur lesquelles elles naviguent, mais fonçant à grande vitesse, vers un naufrage inévitable et dramatique. Elles célèbrent la prospérité en s’adonnant à une vie facile. Cette vie est pour eux plus une croisière qu’un pèlerinage. Elle ne porte aucune trace de le croix de Christ et de Ses souffrances. Le bateau géant s’éloigne des côtes du monde, pour mener belle vie et fêter la victoire de l’argent. Convaincu de la solidité de la coque, de l’expérience de ses pilotes, le navire fonce. Mais les eaux sont glaciales, et la nuit sombre cache un danger: les icebergs. Ces églises, de même, foncent dans la nuit, n’ayant pour seule lumière, que quelques faibles révélations de la Parole, incapables d’éclairer suffisamment loin, pour repérer l’iceberg fatal. Et le drame survient, ce navire fait naufrage. La coque de sa foi n’est pas suffisamment épaisse, pour résister à l’ennemi déguisé en blanc. Beaucoup se noieront dans les flots de la séduction. D’autres seront secourus par des petits bateaux pilotés par d’humbles capitaines, qui ont su éviter les mêmes dangers.