Après avoir été captivé et capturé, le dernier cap est décisif, soit pour entériner les deux premiers, soit pour en sortir et je l’ai appelé « capituler ». Dans 1Corinthiens 10v13, l’apôtre Paul nous dévoile la fidélité de Dieu envers nous : 

Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais avec la tentation,  il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. 

Quand nous sommes exposéà la tentation, le Seigneur nous accorde donc Sa grâce, pour que nous ne capitulions pas devant elle. Et même lorsqu’elle semble nous avoir vaincus, nous devons, à l’exemple de Samson, ne pas nous résigner à la capitulation. Ce dernier se tourna une dernière fois vers Dieu, pour Lui demander la grâce de retrouver toute sa force, afin de détruire les Philistins. C’est ce qui se produit, alors que Samson avait déjà tout perdu, Delila, ses yeux et sa dignité. Il avait tout perdu sauf Dieu. Dieu a entendu son cri, car c’était un cri de captif et non celui de quelqu’un qui avait capitulé. De même, Dieu a vu le cœur repentant de David et lui a pardonné. N’abdiquons jamais devant le péché, même lorsqu’il remporterait quelques batailles, il n’aurait pas encore gagné la guerre. La victoire finale appartient à Jésus-Christ, qui l’a vaincu à la Croix, en mourant pour nous. C’est Lui qui détient le dernier mot. Il est l’alpha et l’oméga. La même arme qui dépouilla le diable, lorsque nous étions encore pécheurs et qui permit notre adoption dans la famille de Dieu, le fait encore taire, aujourd’hui, lorsqu’il nous accuse : cette arme de lumière, c’est la sincère repentance. N’oublions jamais ce verset de la première épître de Jean 1v9 :

Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de toute iniquité. 

Ce verset n’est pas un encouragement à vivre dans le péché, qui peut nous blesser gravement et même nous détruire, mais tant que nous marcherons dans ce monde, nos pieds seront toujours un peu salis de sa poussière. C’est pourquoi, Jésus a dit à Pierre dans Jean 13v10 :

Celui qui est lavé n’a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur ;

Nous qui avons été lavés dans le sang de l’Agneau pour devenir enfants de Dieu, nous pouvons aussi présenter nos pieds dans la bassine du Seigneur, pour retrouver notre entière pureté. L’accusateur a beau avancer contre nous ses plus subtils arguments, la réponse de Dieu ne consiste qu’en un seul regard vers la Croix de Son Fils, là où tout a été accompli et, qui plus est, une fois pour toutes ; là où notre vieil homme avec toutes ses œuvres passées, présentes et futures, a été crucifié. L’heure n’est donc pas à la capitulation. Notre Seigneur est le réparateur des brèches. Si le péché vous a captivé, puis capturé, ne capitulez pas. Jésus vous aime. Il est mort pour vous. Il a le pouvoir de vous délivrer. Amen !