Tite  2:3  dit que les femmes âgées doivent aussi avoir l’extérieur qui convient à la sainteté, n’être ni médisantes, ni adonnées au vin ; qu’elles doivent donner de bonnes instructions,


2Timothée 3:2   Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux,     3   insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien,


1Timothée 3:11   Les  femmes, de même, doivent être honnêtes, non médisantes, sobres, fidèles en toutes choses.

Le mot grec traduit dans ces trois versets par “médisantes” et “calomniateur” démasque l’ennemi dans une de ses œuvres les plus pernicieuses. C’est le mot “diabolos” qui est aussi traduit “diable”, ailleurs dans la Bible. Par conséquent, ce mot incarne parfaitement le caractère diabolique de la médisance. S’il y a donc, un élément qui peut donner accès à l’ennemi au milieu de l’Eglise, c’est bien la médisance, le commérage. Mal parler des uns et des autres, c’est lui donner une invitation sur un plateau doré, c’est participer à son œuvre de destruction. L’ennemi déteste l’unité des chrétiens. Ne soyons pas co-ouvriers avec lui, en ouvrant notre bouche pour dire ce qu’il dit et ce qu’il pense. Lorsque nous avons un différend avec un frère, réglons cela avec maturité, avec humilité et ne laissons pas des petites braises de médisance traîner, ici et là. Elles se transformeront, tôt ou tard, en incendie de forêt, capable d’anéantir tout le produit d’années de travail. Abstenons nous, aussi, comme nous l’exhorte l’apôtre Pierre,  de nous ingérer dans les affaires d’autrui : trop regarder ce qui ne nous regarde pas, nous fera aussi tomber dans les excès de commentaires et de jugement.  Apprenons à parler en face et non dans le dos. En passant, pas besoin d’une longue observation de l’être humain pour constater que le pavillon de ses oreilles est tourné vers l’avant de sa personne et non vers l’arrière. Si le père du mensonge a son nom gravé dans le sens original grec du mot “médisance”, c’est que le Saint-Esprit veut particulièrement nous avertir et mettre en nous une haine de ce mal.

Comprenons-nous alors le sérieux du neuvième commandement qui dit: Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain ? La médisance est une identification au caractère  sournois du diable qui agit en ennemie de la Croix de Christ, avec cette volonté subtile de diviser et ruiner le Corps de Christ. Qu’elle  ne soit trouvée, ni en nous, ni au milieu de nous et l’Eglise sera davantage en bonne santé.